Assurer une bonne croissance à l'adolescence

L’adolescence est une phase clé durant laquelle l’alimentation est importante.

Adolescents

Les adolescents ont d’ailleurs des besoins nutritionnels spécifiques : vitamines et minéraux sont essentiels pour assurer une bonne croissance. Ainsi, le contenu de l’assiette va jouer un rôle au quotidien pour leur apporter l’énergie et le bien-être nécessaires à cette étape de la vie.

Maintenir des repas structurés et réguliers

Nous vous conseillons d’être attentif à l’alimentation de votre adolescent car de mauvaises habitudes peuvent s’installer durant cette période charnière où l’individu se construit. Il peut notamment être observé une attirance pour les snacks sucrés ou salés, tels que les sodas et les chips, dans lesquels on retrouve des « calories vides ». Ces aliments, riches en graisses et en sucres raffinés, sont pauvres en minéraux et vitamines et n’ont aucune valeur nutritive. Un premier pas consiste donc à garder des repas structurés et réguliers, couplés à des actifs de haute qualité.

Vitamines B, C, D : à quoi servent-elles ?

Les vitamines du groupe B (B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12) contribuent à apporter de l’énergie au quotidien. Elles-mêmes n’apportent pas de calories, mais elles participent à de nombreuses réactions physiologiques qui permettent d’en produire. Pour chacune de ces vitamines, il a été fixé un apport quotidien conseillé. Par exemple, la vitamine B6 est recommandée à hauteur de 1,3 mg par jour1 ; le maquereau, le thon, le saumon ou les pommes de terre en sont riches.

La vitamine C, présente dans les fruits et légumes frais tels que les poivrons, les fraises et les framboises, joue un rôle antioxydant et participe au fonctionnement normal du système immunitaire2. Lorsqu’elle provient des agrumes comme l’orange et le pamplemousse, elle améliore également l’absorption du fer des aliments végétaux3. Un apport de 110 mg par jour est conseillé.

Les vitamines B1, B2, B6 et C sont présentes en grandes quantité dans l’acérola. Ce petit fruit au goût acidulé possède donc des propriétés antioxydantes et stimulantes intéressantes à l’adolescence.

La vitamine D, quant à elle, participe au maintien d’une ossature et d’une dentition normales. Elle est synthétisée via l’absorption des UV par la peau et une exposition au soleil peut procurer la majeure partie de la vitamine D requise. L’été, une simple exposition quotidienne durant 10 à 15 minutes suffirait à assurer un apport adéquat à un adulte en bonne santé4. Votre adolescent peut donc fabriquer une partie de sa vitamine D à l’occasion d’une activité en extérieur. Il peut également la retrouver dans son alimentation, particulièrement dans les sardines, le maquereau, le saumon ou le jaune d’œuf. Elle favorise par ailleurs la fixation du calcium2. C’est pourquoi, pendant l’adolescence, un apport de 400 à 1 000 UI soit 10 à 25 µg de vitamine D par jour est recommandé, en complément d’un apport journalier d’au moins 1000 mg de calcium.

Comment garantir une bonne teneur en vitamines dans les aliments ?

La conservation des aliments et leur préparation peuvent fragiliser voire détruire les vitamines qu’ils contiennent. Le mieux est donc de favoriser les méthodes de cuisson « douces » telles que la cuisson vapeur ou à l’étouffée, par rapport à la cuisson à la poêle. Par ailleurs, du fait de la sensibilité de certaines vitamines à la lumière, privilégiez des contenants opaques, en carton par exemple, lorsque vous prenez un jus de fruits.

Il est essentiel de favoriser une alimentation saine et diversifiée, avec des aliments riches en vitamines, pour assurer un bon équilibre vitaminique. Dans le cas où les apports via l’alimentation ne sont pas suffisants, ils peuvent être complétés avec des solutions synergiques relevant de la micronutrition.

Un panel de minéraux essentiels

Calcium, fer, cuivre, magnésium, iode, manganèse… Ces multiples minéraux sont essentiels car ils contribuent eux aussi à la croissance et à l’énergie quotidienne de votre adolescent. Mais à un âge où l’on décide soi-même de ce que l’on mange, des déficiences peuvent apparaître. Connaître les sources de minéraux, ainsi que leurs rôles, vous permettra d’expliquer à votre adolescent la nécessité d’en consommer.

Retrouvé essentiellement dans les produits laitiers tels que le yaourt et le fromage, mais également dans les sardines, le calcium participe à la construction des os. Les adolescents devraient en consommer au moins 1 000 mg par jour1 pour assurer leurs besoins. Cela représente 3 à 4 produits laitiers au quotidien3. Si votre adolescent manque à plusieurs reprises le petit déjeuner, le lait étant encore bien présent au cours de ce repas, ses apports en calcium peuvent être insuffisants.

Le fer, tout comme le zinc, contribue à des fonctions cognitives normales chez l’adolescent2. Il participe également à la réduction de la fatigue2.  Il est donc essentiel pour assurer sa croissance normale. Or, la déficience en fer peut survenir si votre adolescent décide de s’orienter vers une alimentation végétarienne ou chez les jeunes filles réglées. Afin d’éviter anémie et fatigue, privilégiez les légumes secs tels que les lentilles, les haricots blancs et les pois chiches. Si votre adolescent en mange, nous vous recommandons également la viande rouge, et particulièrement le boudin noir.

Le magnésium, retrouvé par exemple dans les amandes, les noix de cajou, les noisettes ou le chocolat noir, participe également au bon fonctionnement du système nerveux2. Il est donc indispensable dans l’alimentation quotidienne de votre adolescent. 

Associés à une activité physique régulière, une alimentation variée et équilibrée couplée à des actifs de haute qualité permettront d’assurer la bonne croissance de votre adolescent. Si ce dernier montre une éventuelle réticence, ou des choix ciblés tels que le végétarisme ou la suppression des matières grasses, encouragez-le, par exemple, à participer à la préparation des plats. Ce sera un moment d’échange entre lui et vous, au cours duquel vous pourrez lui expliquer l’intérêt de consommer des vitamines et des minéraux. L’important est de ne pas tomber dans l’excès et d’entretenir son plaisir de manger.

  1. OMS, Organisation Mondiale de la Santé
  2. EFSA, European Food Safety Authority
  3. PNNS, Programme National Nutrition Santé
  4. INSERM, Institut national de la santé et de la recherche médicale

Micronutrition et adolescence quels enjeux ? À lire également

  1. Stress et examen : comment aider sa mémoire ?

    Stress et examen : comment aider sa mémoire ?

    Examens, stress, révisions, des sollicitations qui doivent s'appuyer sur des bases nutritionnelles solides.

    en savoir plus
  2. Renforcer le système immunitaire de l'adolescent

    Renforcer le système immunitaire de l'adolescent

    A l’adolescence, le système immunitaire est mis à l’épreuve. Une alimentation équilibrée et diversifiée apporte des nutriments et micro-organismes essentiels au maintien de l'immunité.

    en savoir plus
  3. Troubles de l’humeur chez l’adolescent

    Troubles de l’humeur chez l’adolescent

    L’adolescence est généralement un passage compliqué où l’on fait face à des décisions parfois difficiles à prendre.

    en savoir plus