Catégorie Cholestérol et Glycémie

Cholestérol : 5 idées reçues sur l’alimentation

 cholestérol alimentation

Bien contrôler son taux de cholestérol se joue en partie dans l'assiette ! Encore faut-il dénouer le vrai du faux entre tous les conseils nutritionnels. Quelle alimentation adopter pour réduire le « mauvais cholestérol » ? Comment mettre toutes les chances de son côté pour protéger ses artères ? Décryptage des idées reçues les plus répandues.

Petit rappel utile, il existe deux types de cholestérol : le bon et le mauvais cholestérol. Il faut cependant savoir que lorsque nous parlons de « bon » ou de « mauvais » cholestérol, il s’agit en réalité des transporteurs du cholestérol appelés HDL-cholestérol et LDL-cholestérol. Le LDL est responsable de la formation de plaques graisseuses dans les artères, le HDL limite au contraire ces dépôts. Pour préserver votre santé cardiovasculaire, contrôler le taux de LDL-cholestérol est primordial. Deux autres valeurs sont à prendre en compte, le cholestérol total, la somme du LDL et du HDL, et le taux de triglycérides. Ces acides gras participent aussi à la formation des plaques graisseuses dans les vaisseaux sanguins.

Le cholestérol est surtout dû au sucre

Votre taux de cholestérol sanguin est effectivement lié à votre consommation de sucre. Il s'agit ici du sucre dit « ajouté », retrouvé dans les aliments transformés ou les sucreries, et qui n'a pas vraiment d'intérêt nutritionnel. Une fois consommé, il est immédiatement transformé en graisses par l'organisme. Il a été démontré par des  études1 qu'une consommation excessive de ces sucres est associée à une augmentation du LDL-cholestérol et des triglycérides dans le sang, ainsi qu'à une diminution du « bon cholestérol », le HDL.

Les apports en sucres sont donc à surveiller. Toutefois, ils ne sont pas les seuls responsables d'un taux de cholestérol sanguin trop élevé, ou hypercholestérolémie. Des apports trop importants en matières grasses jouent également un rôle.

Manger sans gras pour faire baisser son taux de cholestérol

Toutes les graisses ne se valent pas. Les acides gras saturés et les acides gras trans favorisent l'augmentation du « mauvais cholestérol » et la diminution du « bon cholestérol ». En revanche, les acides gras insaturés ont plutôt un effet protecteur.

En pratique, privilégiez les acides gras mono-insaturés. Consommés en quantité raisonnable, ils contribuent à diminuer le taux de cholestérol. Vous les trouverez dans l'huile d'olive, les avocats, certains oléagineux comme les amandes, les noix, les noix de cajou ou les noisettes. Les acides gras poly-insaturés, comme les Oméga 3, sont également intéressants puisqu'ils favorisent le « bons cholestérol » (HDL) et aident à éliminer le « mauvais cholestérol » (LDL) présent dans l'organisme.

Le fromage : c’est terminé !

Les matières grasses issues de produits animaux sont principalement saturées. A titre d'exemple, 100 g de fromage contient en moyenne 27,4 g de lipides, dont 18,2 g d'acides gras saturés2. C'est pourquoi leur consommation est à limiter, sans pour autant les supprimer entièrement. Au sein d'une alimentation équilibrée et diversifiée, le fromage apporte des nutriments essentiels tels que des vitamines du groupe B, du calcium, du phosphore, du sélénium, du zinc.

Quel fromage manger quand on a du cholestérol ? Vous pouvez privilégier les plus faibles en matières grasses, tels que les fromages de chèvre, ou de brebis. Privilégiez, également, leur consommation au petit déjeuner, l’organisme produira ainsi moins de cholestérol si l’apport se fait avant midi.

La viande rouge : je n’y ai plus droit

En cas d'hypercholestérolémie il est préférable de limiter la consommation de produits, tel que la viande ou la charcuterie, riches en cholestérol dit « alimentaire » et en acide gras saturés qui vont augmenter le taux de cholestérol sanguin.

Il a été démontré3 qu'il n'est pas obligatoire de supprimer totalement les acides gras saturés. En pratique, afin de ne pas cumuler les apports en matières grasses saturées, on se limitera à manger une fois de la viande rouge par semaine, on privilégiera également des viandes maigres tel que la volaille, ou du poisson et des modes de cuisson sains.

Œufs : il faut arrêter d’en consommer en cas de cholestérol

Les œufs et le cholestérol ont longtemps fait l'objet de discussions. Si vous regardez les apports nutritionnels d'un œuf, vous constaterez qu'il est effectivement très riche en cholestérol, concentré dans le jaune. Pourtant, quand nous le consommons, ce cholestérol alimentaire contribue de manière infime à la quantité de LDL et de HDL circulant dans le sang. Les œufs ne sont donc pas vos ennemis. De plus, ils contiennent très peu d'acides gras saturés, contrairement aux autres produits d'origine animale. Vous pouvez donc tout à fait en consommer de manière raisonnable.

Mettre en place des mesures alimentaires est la première étape pour réduire votre cholestérol. Des compléments alimentaires existent pour vous donner un coup de pouce, comme LIMICOL du Laboratoire Lescuyer. Il contient 8 actifs : levure de riz rouge, extrait d'artichaut, extrait d'ail, policosanols de canne à sucre, polyphénols d'écorce de pin maritime des Landes et  vitamines B2, B3 et E. Ils agissent en synergie pour réduire de manière significative le cholestérol total, le LDL-cholestérol et les triglycérides. Son efficacité est prouvée cliniquement :-15,3% de cholestérol total et -21,4% de LDL-cholestérol dès 1 mois d'utilisation de LIMICOL4, dans le cadre d'une hygiène de vie saine et d'une alimentation équilibrée.

LIMICOL possède un avis positif de l’EFSA (Autorité de sécurité des aliments) totalement inédit en Europe pour un complément alimentaire.

Limicol
Limicol

LIMICOL permet de réduire le cholestérol dès le 1er mois : -21,4% de LDL-cholestérol

Découvrir

Sources :

  1. Caloric Sweetener Consumption and Dyslipidemia Among US Adults, JAMA, 2010
  2. Table Ciqual de l'Anses
  3. Beef in an Optimal Lean Diet study: effects on lipids, lipoproteins, and apolipoproteins, American Journal of Clinical Nutrition, 2012
  4. Etude clinique n°1 réalisée sur 39 sujets complémentés avec LIMICOL (3 comprimés par jour) ou placebo pendant 4 mois (2008)
 
Laboratoire LESCUYER
EXPERT EN MICRONUTRITION

Notre équipe médico-scientifique est composée de Docteurs es science, Pharmacien, Naturopathe, ingénieurs...