Les bienfaits du romarin (acide ursolique)

Le romarin est un arbrisseau vivace natif du bassin méditerranéen où il est cultivé. Le romarin est riche en polyphénols, terpénoïdes, minéraux, vitamines B3, C et E.

Le romarin est une plante bien connue en gastronomie, il possède également de nombreuses autres vertus. En effet, sa richesse en actifs aux propriétés antioxydantes fait du romarin un atout précieux dans la prise en charge de nombreuses problématiques.

Accédez directement aux différentes sections en cliquant ci-dessous.

Définition romarinDéfinition du romarin    

Le romarin (Salvia rosmarinus, Rosmarinus officinalis L. avant 2017) est un petit arbre de la famille des Lamiacées poussant à l'état sauvage sur le pourtour méditerranéen. Il est utilisé pour des usages condimentaires et alimentaires mais est également reconnu comme une plante médicinale.

Histoire romarinHistoire et origine du Romarin1–3

romarinLa légende raconte que le Romarin se retrouve seulement dans les régions où s'étend la rosée venant de la mer, d’où son nom qui provient du latin « ros », rosée et « marinus », marin. Dans d'autres régions, on le surnomme "la Rose de mer" en latin Rosa marina qui a donné son nom au genre. Le mot "ros" pourrait également venir d'un nom latin dérivant de rhus qui rappelle l'aspect d'arbrisseau de la plante.

Le Romarin était initialement utilisé pour les cérémonies religieuses, particulièrement dans l’Egypte ancienne pour l’embaumement des momies. Chez les Grecs et les romains, il était considéré comme une plante sacrée et remplaçait l'encens dans les rites de purification. Il est très utilisé sous l’antiquité mais ce n’est qu’au Moyen âge que ses propriétés médicinales sont établies, notamment ses qualités de tonique nerveux et digestif. Au XIIème siècle, les chevaliers de retour de croisade importèrent de la culture arabe le processus de distillation des plantes aromatiques. L’huile essentielle produite à partir de la distillation du romarin fut ainsi utilisée à des fins antiseptiques et anti-infectieuses, notamment pour lutter contre la jaunisse. En France, pour éviter la diffusion des maladies dans les hôpitaux, des branches de romarin étaient brûlées. On en plaçait également dans les bibliothèques et les armoires à linge pour éloigner les insectes.

Le romarin est utilisé largement comme condiment ; les cuisiniers s'en servent pour conserver et parfumer les mets. Les médecins le conseillaient pour le traitement de divers maux : troubles du foie, rhumatismes, migraines, palpitations, nervosité, hémorroïdes, épilepsie, vertiges et oppression. Le camphre contenu dans le Romarin, quant à lui, n’a été isolé qu’en 1685 par Kunkel, un alchimiste allemand.

Le romarin a été longtemps utilisé en parfumerie, entrant dans la composition de la fameuse « eau de la Reine de Hongrie », véritable eau de jouvence souvent prescrite pour guérir les rhumatismes douloureux. Le romarin est très utilisé comme plante stimulante ; on peut l’utiliser dans les bains comme tonique général.

Apparence romarinApparence du Romarin1,3–5

Le Romarin pousse spontanément dans le sud de l'Europe et est originaire du bassin méditerranéen (aux altitudes faibles), en Provence et en Corse. Il se retrouve principalement dans les garrigues, les maquis et les pelouses sèches. Le Romarin peut croître même sur des terrains non adaptés à une exploitation agricole, il a donc peu d'exigences vis-à-vis du sol ; globalement il pousse le plus souvent sur des sols calcaires, de faible altitude, ensoleillé et modérément sec, avec un pH basique.

Le Romarin est un arbrisseau rameux et reste vert toute l’année (feuilles persistantes). Il mesure de cinquante centimètres à deux mètres de haut, possède des tiges ligneuses à écorce brun foncé, avec des feuilles étroites d'en moyenne 3 cm sur 3 mm. Les fleurs sont groupées par trois ou quatre et disposées à l'aisselle des feuilles, vers le sommet des rameaux. La corolle est en forme de tube et de couleur bleu pâle ou lilas (rarement blanche) mais fréquemment maculée de petites taches violettes. La période de floraison est variable ; elle a lieu principalement au printemps et parfois toute l'année quand les conditions sont idéales pour le Romarin.

La composition chimique des feuilles et sommités fleuries de Romarin varie en fonction du lieu et du moment de récolte. Néanmoins, Les feuilles séchées et l'huile essentielle (HE) de romarin sont inscrits à la Pharmacopée Européenne et doivent avoir une teneur minimale de 3% d’acide rosmarinique et 12 ml/kg d'HE. Le romarin contient des acides phénoliques (acide rosmarinique, acide caféique), des diterpènes phénoliques (carnosol à hauteur d’environ 5%, rosmanol, acide carnosique), des composés organiques appelés triterpènes (acide ursolique à hauteur de 4% environ, acide oléanolique à hauteur de 10%), des flavones (lutéoline) ainsi que des huiles essentielles (camphre, camphène, pinène, cinéole). Le romarin est une des plantes les plus titrées en acide ursolique (jusqu’à 30%).

Le romarin peut se consommer sous forme d’infusion, d’huile essentielle principalement en voie externe, d’extrait aqueux ou hydroalcoolique, d’extrait végétal ou directement en cuisine comme condiment.

Bienfaits romarinQuels sont les bienfaits du Romarin ?4,6–21

Le romarin est traditionnellement utilisé par voie orale dans le soulagement des troubles digestifs tels que les ballonnements épigastriques, la lenteur à la digestion, les éructations, les flatulences. Il est un atout précieux pour faciliter les fonctions d'élimination urinaire et digestive ; particulièrement au niveau biliaire. Le Romarin, en usage local, est traditionnellement utilisé en cas de rhume et de nez bouché et en bain de bouche pour l'hygiène buccale.

Pour les problématiques d’hypotension, le romarin peut être très apprécié du fait de son effet anti hypotensif démontré scientifiquement. L'acide carnosique, l’acide rosmarinique et le carnosol, composés actifs du romarin, permettent de limiter l’inflammation en inhibant la production de molécules pro-inflammatoires.

L’acide ursolique possède un fort pouvoir antioxydant et a été largement étudié dans plusieurs études cliniques. Celui-ci va agir directement sur les voies d’activation des défenses antioxydantes de l’organisme en favorisant lasynthèse et le renouvellement des mitochondries.

OXYRÉSIST
OXYRÉSIST

L’extrait de romarin aide à renforcer les défenses antioxydantes de l’organisme. Notre extrait est titré à 20% en acide ursolique.

Le romarin permet ainsi de lutter contre le stress oxydant, qui intervient dans de nombreuses problématiques. Des études scientifiques ont montré son intérêt dans la prise en charge d’affections diverses et variées telles que le diabète, certains cancers, certaines infections bactériennes et virales, les problématiques neuro-dégénératives, la dépression, le syndrome métabolique, etc. Il permet de favoriser la protection du système cardio vasculaire, de l’appareil digestif, du cerveau, des fonctions musculaires, du système immunitaire ou encore d’augmenter la résistance de l’organisme face au stress.

Effets indésirables romarinExiste-t-il des effets indésirables ? 1,22

Par voie orale, le romarin peut être contre-indiqué chez les personnes qui souffrent de calculs biliaires ou présentent une maladie du foie. À la dose recommandée, les effets indésirables du romarin sont rares mais des nausées peuvent subvenir. Certaines personnes travaillant avec du romarin ont développé un eczéma de contact allergique en réaction au carnosol contenu dans la plante et l’huile essentielle. L'huile essentielle de Romarin est neurotoxique et son usage doit être évité en interne.

BIBLIOGRAPHIE

  1. Leplat M. Le Romarin, Rosmarinus officinalis L., une Lamiacée médicinale de la garrigue provençale. 2017;33(0):209.
  2. Gigon F. 50 Plantes Efficaces Pour Vous Soigner. Editions d.; 2014. Accessed July 12, 2021. https://halldulivre.com/livre/9782360753215-50-plantes-efficaces-pour-vous-soigner-franck-gigon/
  3. HOEFLER C. Contribution à l’étude pharmacologique des extraits de Rosmarinus officinalis L., et notamment des jeunes pousses : activités cholérétiques, anti-hépatotoxiques, anti-inflammatoires et diurétiques. 1994;(d).
  4. Abe F, Yamauchi T, Nagao T, et al. Ursolic acid as a trypanocidal constituent in rosemary. Biol Pharm Bull. 2002;25(11):1485-1487. doi:10.1248/bpb.25.1485
  5. Zidi M, Houilia S. Contribution à l ’ étude de L ’ activité biologique de la plante Rosmarinus officinalis L . Published online 2020.
  6. NGO SNT, Williams DB, Head RJ. Rosemary and cancer prevention: Preclinical perspectives. Crit Rev Food Sci Nutr. 2011;51(10):946-954.
  7. Katashima CK, Silva VR, Gomes TL, Pichard C, Pimentel GD. Ursolic acid and mechanisms of actions on adipose and muscle tissue: a systematic review. Obes Rev. 2017;18(6):700-711.
  8. Ma JQ, Ding J, Zhang L, Liu CM. Protective effects of ursolic acid in an experimental model of liver fibrosis through Nrf2/ARE pathway. Clin Res Hepatol Gastroenterol. 2015;39(2):188-197.
  9. Ramírez-Rodríguez AM, González-Ortiz M, Martínez-Abundis E, Acuña Ortega N. Effect of Ursolic Acid on Metabolic Syndrome, Insulin Sensitivity, and Inflammation. J Med Food. 2017;20(9):882-886.
  10. MacHado DG, Neis VB, Balen GO, et al. Antidepressant-like effect of ursolic acid isolated from Rosmarinus officinalis L. in mice: Evidence for the involvement of the dopaminergic system. Pharmacol Biochem Behav. 2012;103(2):204-211.
  11. Hussain H, Green IR, Ali I, et al. Ursolic acid derivatives for pharmaceutical use: a patent review (2012-2016). Expert Opin Ther Pat. 2017;27(9):1061-1072.
  12. Navina R, Lee YG, Kim SM. Molecular Biological Roles of Ursolic Acid in the Treatment of Human Diseases. Curr Bioact Compd. 2017;13(3).
  13. Ramos-Hryb AB, Pazini FL, Kaster MP, Rodrigues ALS. Therapeutic Potential of Ursolic Acid to Manage Neurodegenerative and Psychiatric Diseases. CNS Drugs. 2017;31(12):1029-1041.
  14. Yesil-Celiktas O, Sevimli C, Bedir E, Vardar-Sukan F. Inhibitory effects of rosemary extracts, carnosic acid and rosmarinic acid on the growth of various human cancer cell lines. Plant Foods Hum Nutr. 2010;65(2):158-163. doi:10.1007/s11130-010-0166-4
  15. Naimi M, Vlavcheski F, Shamshoum H, Tsiani E. Rosemary extract as a potential anti-hyperglycemic agent: Current evidence and future perspectives. Nutrients. 2017;9(9):1-19. doi:10.3390/nu9090968
  16. González-Vallinas M, Reglero G, Ramírez De Molina A. Rosemary (Rosmarinus officinalis L.) Extract as a Potential Complementary Agent in Anticancer Therapy. Nutr Cancer. 2015;67(8):1223-1231. doi:10.1080/01635581.2015.1082110
  17. Moore J, Yousef M, Tsiani E. Anticancer effects of rosemary (Rosmarinus officinalis L.) extract and rosemary extract polyphenols. Nutrients. 2016;8(11). doi:10.3390/nu8110731
  18. De Oliveira JR, Camargo SEA, De Oliveira LD. Rosmarinus officinalis L. (rosemary) as therapeutic and prophylactic agent. J Biomed Sci. 2019;26(1):5. doi:10.1186/s12929-019-0499-8
  19. Hassani FV, Shirani K, Hosseinzadeh H. Rosemary (Rosmarinus officinalis) as a potential therapeutic plant in metabolic syndrome: a review. Naunyn Schmiedebergs Arch Pharmacol. 2016;389(9):931-949. doi:10.1007/s00210-016-1256-0
  20. Chen J, Wong HS, Leong PK, Leung HY, Chan WM, Ko KM. Ursolic acid induces mitochondrial biogenesis through the activation of AMPK and PGC-1 in C2C12 myotubes: A possible mechanism underlying its beneficial effect on exercise endurance. Food Funct. 2017;8(7):2425-2436. doi:10.1039/c7fo00127d
  21. Feng XM, Su XL. Anticancer effect of ursolic acid via mitochondria‑dependent pathways (Review). Oncol Lett. 2019;17(6):4761-4767. doi:10.3892/ol.2019.10171
  22. Romarin - Phytothérapie - VIDAL. Accessed July 20, 2021. https://www.vidal.fr/parapharmacie/phytotherapie-plantes/romarin-rosmarinus-officinalis.html
Afficher en Grille Liste

1 complément alimentaire

par page

Les produits qui contiennent cet actif