Les bienfaits de la l-phenylalanine

La phénylalanine est un acide aminé faisant partie des 9 acides aminés dit « essentiels » car ils ne peuvent pas être synthétisé par l’organisme.

La L-phénylalanine est un acide aminé essentiel, fourni par l’alimentation, permettant la synthèse de protéines, d’enzymes et d’autres acides aminés indispensable à notre organisme. C’est un précurseur direct de la tyrosine qui entre dans la synthèse d’hormones et de neurotransmetteurs (tels que la dopamine, l’adrénaline ou la noradrénaline) qui vont jouer un rôle sur la régulation du stress.

Accédez directement aux différentes sections en cliquant ci-dessous.

Définition l-phenylalanineDéfinition de la l-phenylalanine 1,2

La phénylalanine est un acide aminé faisant partie des 9 acides aminés dit « essentiels » car ils ne peuvent pas être synthétisés par l’organisme.
Cette molécule existe sous deux formes : la L-phénylalanine et la D-phénylalanine. Elles sont presque identiques mais ont une structure moléculaire légèrement différente. C’est la forme L qui se trouve dans les aliments et qui est utilisée par notre corps.
Ainsi la L-phénylalanine est apportée par les aliments ingérés. Après absorption, une partie est incorporée dans les protéines essentielles à la constitution et au fonctionnement de notre organisme. Le reste est converti en tyrosine par une enzyme, la phénylalanine hydroxylase, présente dans les cellules du foie. La tyrosine entre ensuite dans la synthèse de la dopamine, elle-même précurseur des catécholamines (la dopamine, L’adrénaline et la noradrénaline), d’hormones thyroïdiennes et de la mélanine (pigment responsable de la coloration des cheveux, yeux et de la peau).

Où trouver l-phenylalanineOù trouver la l-phenylalanine 3

On retrouve la phénylalanine dans le règne animal ainsi que dans le règne végétal. En effet, chez les végétaux, la phénylalanine est un précurseur des phénylpropanoïdes (composés organiques) qui les protègent contre les microbes, parasites et ultraviolets du soleil.
La L-phénylalanine est apportée par l’alimentation, elle se concentre à des teneurs variées dans les aliments principalement riches en protéines. L’OMS recommande un apport journalier de 25 mg/kg/jour de phénylalanine afin de répondre aux besoins en acides aminés essentiels. Voici une liste d’aliments à teneur élevé en L-phénylalanine :

  • Le soja grillé
  • Les fromages à pâte dure, type parmesan
  • Les oléagineux type noix, pistaches
  • Les viandes rouges et blanches
  • Les chairs de poissons
  • Les substituts végétaux tel que le tofu
  • Les œufs et produits laitiers
  • La Spiruline, algues séchées
  • Les légumineuses type haricots mungo, lentilles …
  • Les tubercules type pommes de terre, topinambours
  • En plus faible quantité, les céréales et blés complets

Les bienfaits de la l-phenylalanineQuels sont les bienfaits de la l-phenylalanine 4-7

La L-phénylalanine fait partie des acides aminés essentiels. Ils sont indispensables au fonctionnement du corps humain, ils jouent un rôle de bâtisseurs, puisqu’ils sont les éléments qui constituent les protéines essentielles à notre organisme.
La L-phénylalanine est un précurseur important de la L-tyrosine qui va permettre la synthèse des catécholamines, la dopamine (dans un premier temps) et l’adrénaline et la noradrénaline (dans un second temps). Ces trois neurotransmetteurs contribuent au bon fonctionnement du système nerveux et hormonal. Ils agissent par ce biais sur les troubles de l’humeur, l’amélioration de la concentration et de la vigilance et, ainsi, sur le bien-être général.
De plus, la L-phénylalanine en favorisant la sécrétion d’hormones telles que la dopamine et en stimulant le système nerveux central, présente un intérêt dans une stratégie « anti-fatigue ». En effet, la dopamine en agissant sur la motivation, la concentration et le mouvement, est un neurotransmetteur favorisant le tonus et la vitalité.
D’après une étude de 2008, la L-phénylalanine permettrait de réguler l’appétit avec un effet coupe-faim et limiterait les compulsions alimentaires. En effet, elle stimule la sécrétion de cholécystokinine (CCK). La cholécystokinine est une hormone sécrétée par les cellules de la muqueuse duodénale. La libération de cette hormone CCK donne au système nerveux un signal de satiété et limite, ainsi, la prise alimentaire.
A nouveau par son rôle de précurseur de la L-tyrosine, la L-phénylalanine est impliquée dans la synthèse de la mélanine. La mélanine est fabriquée par les cellules situées au plus profond de l’épiderme. Elle est retrouvée dans la peau, les cheveux et les yeux. Elle joue un rôle photo protecteur contre les rayonnements ultraviolets du soleil, qui accentuent le processus de vieillissement.

Les effets indésirables de la l-phenylalanineExiste-t-il des effets indésirables ?2

La phénylalanine est présente dans de nombreux aliments contenant des protéines et est "généralement reconnue comme sans danger" par la Food and Drug Administration (FDA).
Chez un sujet en bonne santé, l’organisme régule le surplus de phénylalanine, qui est alors converti en tyrosine. L’excès de phénylalanine peut être dû à une maladie génétique rare appelée la phénylcétonurie. Cette maladie est causée par l’absence d’une enzyme (la phénylalanine hydroxylase) qui a pour rôle de métaboliser la phénylalanine au niveau du foie. Cette absence entraîne une accumulation de produits toxiques (les phénylcétones) dans le cerveau et peut provoquer des troubles neurologiques et comportementaux importants et irréversibles. La prévalence de cette anomalie est de 1/10000 à 1/20000 nouveau-nés.
En France et dans de nombreux pays, un test de dépistage de la phénylalanine est systématiquement réalisé à la naissance : le test de Guthrie, afin de détecter cette anomalie. Son traitement repose sur un régime restrictif en protéines et en aliments riches en phénylalanine, avec des contrôles fréquents du taux de phénylalanine.
Néanmoins, des taux élevés de phénylalanine peuvent être observés en cas de consommation excessive de protéines, de maladie sévère hépatique ou rénale ou d’effets secondaires liés à la prise de certains médicaments.

A savoir : la phénylalanine, associée à l’acide aspartique, entre dans la composition de l’édulcorant artificiel l’aspartame. C’est pourquoi, il figure une mention sur les aliments contenant de l’aspartame « source de phénylalanine ». La phénylalanine étant naturellement présent dans notre organisme, c’est d’avantage l’acide aspartique qui fait débat et qui est étudié par la communauté scientifique.
Avant toute complémentation avec de la L-phénylalanine, il est recommandé de demander un avis médical en cas de grossesse et d'allaitement.
EN RAISON DU RISQUE D’INTERACTION, LA PHENYLALANINE EST DECONSEILLEE EN CAS DE TROUBLES MENTAUX ET DEPRESSIFS. PAR AILLEURS, DU FAIT DE SON MODE D’ACTION, ON DECONSEILLERA EGALEMENT AUX PERSONNES PRESENTANT DES TROUBLES CARDIAQUES DE SE COMPLEMENTER AVEC DE LA PHENYLALANINE.

RÉFÉRENCES

1. Lopez, M.J. and S.S. Mohiuddin, Biochemistry, Essential Amino Acids, in StatPearls. 2021, StatPearls Publishing
Copyright © 2021, StatPearls Publishing LLC.: Treasure Island (FL).
2. Glushakov, A.V., et al., Long-term changes in glutamatergic synaptic transmission in phenylketonuria. Brain, 2005. 128(Pt 2): p. 300-7.
3. FAO, Food and Nutrition Series. 1981.
4. Beckmann, H., M.A. Strauss, and E. Ludolph, Dl-phenylalanine in depressed patients: an open study. J Neural Transm, 1977. 41(2-3): p. 123-34.
5. Pohle-Krauza, R.J., et al., Effects of L-phenylalanine on energy intake in overweight and obese women: interactions with dietary restraint status. Appetite, 2008. 51(1): p. 111-9.
6. Cordeiro, L.M.S., et al., Physical exercise-induced fatigue: the role of serotonergic and dopaminergic systems. Braz J Med Biol Res, 2017. 50(12): p. e6432.
7. Slominski, A., M.A. Zmijewski, and J. Pawelek, L-tyrosine and L-dihydroxyphenylalanine as hormone-like regulators of melanocyte functions. Pigment Cell Melanoma Res, 2012. 25(1): p. 14-27.

Impossible de trouver des produits correspondant à votre sélection.