Les bienfaits de l'hibiscus

L'hibiscus est largement utilisé en Afrique et au Mexique notamment pour son action bienfaisante sur la tension artérielle.

Définition HibiscusDéfinition de l'hibiscus

L’hibiscus utilisé dans les compléments alimentaires est l’Hibiscus sabdariffa L., également appelé roselle. Originaire d’Afrique, l’hibiscus est une plante tropicale ou subtropicale dont les usages sont très variés : décoration, nutrition animale et humaine, usage médicinal et source de fibres. Les infusions et décoctions d’hibiscus sont largement utilisées en Afrique et au Mexique notamment pour son action bienfaisante sur la tension artérielle.

Histoire HibiscusQuelle est l'histoire de l'hibiscus ?

L’origine1 de l’hibiscus n’a pas encore été parfaitement établie à ce jour. Certains scientifiques modernes pensent que la plante est originaire d’Inde ou d’Arabie Saoudite. Le botaniste George Peter Murdock a trouvé en 1959 des preuves de la domestication de l’hibiscus au Sud Soudan (Afrique) remontant à environ 4000 ans avant notre ère. Aujourd’hui, l’hibiscus est largement cultivé dans toutes les zones tropicales et subtropicales : Inde, Arabie Saoudite, Chine, Malaisie, Indonésie, Philippines, Vietnam, Soudan, Egypte, Nigeria et Mexique.

L’hibiscus est une plante idéale pour les pays en voie de développement car elle est facile à cultiver et peut être intégrée dans les cultures multi-étages en tant que buisson (abrité par des arbres, type palmier, et protégeant des cultures au sol, comme des légumes). Par ailleurs, toutes les parties de la plante sont utilisées.

  • Les calices (fruits) d’hibiscus servent à préparer des boissons chaudes ou froides, parfois fermentées, des confitures, glaces, chocolats, gâteaux, arômes et colorants.
  • Les calices et feuilles sont largement utilisés dans différentes applications (médicinales, nutraceutiques, etc.).
  • Les feuilles et tiges sont avant tout utilisées pour produire des fibres de jute, pour la fabrication de vêtements, filets de pêche, cordes, etc.
  • Les feuilles et graines sont utilisées en nutrition animale.
  • En Malaisie, l'huile est utilisée pour produire des gommages et des savons.

L’hibiscus pousse facilement dans la plupart des sols bien drainés et supporte des sols pauvres. Il nécessite 4 à 8 mois de pousse, avec des températures nocturnes minimales de 20°C, 13 heures d’ensoleillement quotidien et des précipitations modérées durant les premiers mois pour limiter une floraison précoce. Un plant permet de produire environ 1,5 kg de calices.

Apparence HibiscusApparence et composition

L’Hibiscus sabdariffa est un sous-arbrisseau herbacé annuel, dressé, buissonnant qui peut atteindre 2,4 m de haut, avec des tiges lisses ou presque lisses, cylindriques, généralement rouges. Les fleurs naissent à la base des feuilles, une seule par feuille, et mesurent jusqu’à 12,5 cm de large. De couleur jaune ou chamois avec un œil rose ou marron, elles deviennent roses en se fanant en fin de journée. Leur apparence est très différente des représentations habituelles de l’hibiscus, correspondant à une autre plante : la rose de Chine.

Le fruit, appelé calice, est rouge, composé de 5 gros sépales entourés de 8 à 12 bractées fines et pointues ; il devient charnu, croquant mais juteux. Il est ramassé et consommé frais ou séché.

Les principales molécules actives des calices sont les acides organiques, les anthocyanes, les polysaccharides et les flavonoïdes. Les extraits d’hibiscus contiennent une teneur élevée d'acides organiques, principalement l'acide citrique, l'acide hydroxycitrique et l'acide hibiscus. Les anthocyanes sont notamment composés de delphinidine-3-O-sambubioside (hibiscine).

Bienfaits HibiscusQuels sont les bienfaits de l'hibiscus ? 

Les calices d’hibiscus sont très largement utilisés dans le monde par les médecines traditionnelles. En Inde, en Afrique et au Mexique, l’usage traditionnel s’appuie sur les propriétés diurétiques (élimination urinaire), cholérétiques (élimination biliaire) et hypotensives supposées de l’hibiscus [1].

Aujourd’hui, dans ces pays, les infusions et décoctions de calices d’hibiscus sont utilisées pour aider à abaisser une tension artérielle élevée. Cet usage traditionnel a fait l’objet de nombreuses études scientifiques, en particulier chez l’Homme, qui tendent à confirmer la pertinence de cette pratique. La dernière publication scientifique parue à ce jour [2] fait état de 22 études cliniques randomisées, incluant un total de 1457 sujets. Cependant, les autorités règlementaires européennes n’ont pas évalué ces preuves et aucune allégation ne peut être utilisée pour l’instant.

Plusieurs études ont cherché à identifier le possible mode d’action de l’hibiscus sur la tension artérielle. Les conclusions des études indiquent que l’hibiscus pourrait aider à réguler la tension artérielle à travers plusieurs mécanismes, notamment en réduisant l’activité de l’enzyme de conversion [3]. Cette enzyme est responsable de la synthèse par l’organisme d’angiotensine II, ayant pour effet une augmentation de la tension artérielle. L’inhibition de l’enzyme de conversion est principalement attribuée à la présence d’anthocyanes. D’autres études ont montré que les acides organiques et polyphénols de l’hibiscus peuvent aider les artères à se dilater [4], un mécanisme naturel permettant de réduire la tension artérielle.

Les études réalisées chez l’Homme ont montré une possible réduction de la glycémie (taux sanguins de sucre) à jeun, et des résultats moins nets sur les taux de cholestérol ou de triglycérides sanguins [5]. Là encore, les autorités règlementaires européennes n’ont pas évalué ces preuves et aucune allégation ne peut être utilisée pour l’instant.

Certains consommateurs d’hibiscus la consomment dans le but de faciliter une perte de poids. En effet, l’hibiscus contient de l’acide hydroxycitrique, largement consommé dans ce but (mais habituellement extraite d’une autre plante, le Garcinia cambodgia). Cependant, cette utilisation n’a fait l’objet d’aucune étude scientifique. Par ailleurs, certains chercheurs ont constaté que l’acide hydroxycitrique dans l’hibiscus est présent sous une forme différente de celui du garcinia, et n’aurait donc pas les mêmes propriétés [1].

Effets indésirables HibiscusExiste-t-il des effets indésirables ?

Toutes les études publiées à ce jour indiquent que la consommation d’hibiscus en infusion ou décoction (dans de l’eau) ne présente pas de danger pour la santé, si les doses journalières sont respectées (450 mg d’extraits ou 1,5 g de calice séché en infusion, 1 à 3 fois par jour). Les effets secondaires sont rares, mais peuvent inclure des maux d'estomac, des gaz et de la constipation.

Les infusions/décoctions sont consommées depuis des centaines d’années en Afrique, Asie et Amérique latine [1]. Les études réalisées chez l’animal montrent une toxicité très faible des extraits d’hibiscus, y compris avec des doses très élevées (5000 mg/kg de poids corporel) [1]. Seul un effet diurétique (augmentation de l’élimination urinaire) a été noté de manière significative [6], indiquant que la consommation au long-court de fortes doses d’hibiscus (supérieure à 1500 mg d’extraits ou 4,5 g de calice séché en infusion) doit faire l’objet d’un suivi médical, en prévoyant notamment une consommation concomitante de potassium.

La consommation d’hibiscus est déconseillée aux femmes enceintes car elle pourrait être associée à des contractions de l’utérus. Chez les femmes allaitantes et les enfants, l’hibiscus n’est pas conseillé, par précaution du fait d’un manque de données.

Bibliographie

  1. Da-Costa-Rocha, I., et al., Hibiscus sabdariffa L. - a phytochemical and pharmacological review. Food Chem, 2014. 165: p. 424-43. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S030881461400692X?via%3Dihub
  2. Ellis, L.R., et al., A systematic review and meta-analysis of the effects of Hibiscus sabdariffa on blood pressure and cardiometabolic markers. Nutrition Reviews, 2022. 80(6): p. 1723-1737. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9086798/pdf/nuab104.pdf
  3. Ojeda, D., et al., Inhibition of angiotensin convertin enzyme (ACE) activity by the anthocyanins delphinidin- and cyanidin-3-O-sambubiosides from Hibiscus sabdariffa. J Ethnopharmacol, 2010. 127(1): p. 7-10.
  4. Abubakar, S.M., et al., Acute Effects of Hibiscus Sabdariffa Calyces on Postprandial Blood Pressure, Vascular Function, Blood Lipids, Biomarkers of Insulin Resistance and Inflammation in Humans. Nutrients, 2019. 11(2).
  5. Bule, M., et al., The antidiabetic and antilipidemic effects of Hibiscus sabdariffa: A systematic review and meta-analysis of randomized clinical trials. Food Res Int, 2020. 130: p. 108980.
  6. Njinga, N.S., et al., Toxicity assessment of sub-acute and sub-chronic oral administration and diuretic potential of aqueous extract of Hibiscus sabdariffa calyces. Heliyon, 2020. 6(9): p. e04853.
Impossible de trouver des produits correspondant à votre sélection.