Les bienfaits du ginseng rouge

Le ginseng est une plante herbacée vivace commune à l'état sauvage dans plusieurs régions de l'est asiatique. Le ginseng est riche en flavonoïdes et tanins, triterpènes, minéraux, phosphore et zinc ainsi qu'en vitamines du groupe B et C.

Le ginseng est souvent surnommé « racine de vie » en raison de ses nombreuses vertus et bienfaits. Il est principalement utilisé comme tonique naturel depuis plusieurs siècles pour lutter contre la fatigue physique et intellectuelle. C'est une plante adaptogène, qui doit être récoltée après 4 ans pour pouvoir bénéficier de toutes ses vertus. Environ dix espèces de ginseng sont cultivées à travers le monde. Le Panax ginseng est riche en ginsénosides, molécules qui lui confèrent ses bienfaits.

Accédez directement aux différentes sections en cliquant ci-dessous.

  1. Définition du ginseng
  2. L'histoire
  3. L'apparence du ginseng 
  4. Quels sont les bienfaits ?
  5. Existe t-il des effets indésirables ?

Définition Extrait de pépins de pamplemousseDéfinition du ginseng

GINSENGLe ginseng est une plante dite adaptogène. Une plante adaptogène possède une action non spécifique qui va permettre d’augmenter les capacités de résistance de l’organisme vis-à-vis des différents types de stress.

Histoire GinsengL'histoire du Ginseng ?1–3  

Le ginseng (Panax ginseng) est une plante vivace qui appartient au genre Panax de la famille des Araliaceae. Panax vient du grec « panacos » qui signifie « remède qui guérit tout ». Le mot « ginseng » vient du chinois mandarin « rénshēn » qui signifie « racine homme », en raison de la forme particulière de la racine du ginseng qui ressemble à un Homme avec deux jambes formées par les racines et les bras formés par les radicelles. D’après la médecine chinoise, plus la ressemblance est forte et plus le ginseng est de qualité.

Il existe actuellement 4 espèces de Panax, généralement rangés sous l’intitulé « ginseng » : le Panax ginseng (ginseng d’Asie, ginseng de Corée) ; le Panax quinquefolius (ginseng d’Amérique) ; le Panax notoginseng (ginseng san-chi), et le Panax pseudoginseng (ginseng du Japon). Parmi les Panax ginseng, on distingue le ginseng blanc, où la racine est lavée et débarrassée de ses racines secondaires, séchée et pelée, et le ginseng rouge qui doit sa couleur brun-rougeâtre à un processus d’étuvage. Le ginseng blanc et le ginseng rouge sont tous les deux des Panax ginseng. Tous les ginsengs ne renferment pas les mêmes actifs et dans les mêmes proportions : la composition quantitative et qualitative en ces actifs varie en fonction de l’âge, de l’origine et de la partie utilisée (par exemple, les racines latérales ont une composition différente de la racine principale). Dans cette optique il est difficile de parler de la composition du ginseng d’un point de vue général.

Le ginseng fait partie de la médecine chinoise depuis des millénaires. Son nom est évoqué dans le Pen tsao, livre écrit en 2700 av JC par l’empereur Sheng Nong, un de ses fondateurs. Il y indique notamment que cette plante permet de tonifier les cinq organes (cœur, poumon, foie, rein, rate), calme l’esprit et limite l’anxiété, et maintient une bonne immunité.

Marco Polo fut le premier à parler des effets du ginseng en Occident au XIIIème siècle, toutefois il ne le rapporta pas physiquement de ses voyages en Asie. Ce sont les jésuites qui introduisirent le ginseng en Europe vers les années 1600 et ce dernier fut même consommé par Louis XIV. Au XVIIIème siècle, Un marché important se met en place entre la Chine (Canton) et la France (la Rochelle). Le ginseng fut à cette époque acheté à des prix non régulés et en grandes quantités. De par son intérêt lucratif, la cueillette du ginseng devient excessive, incontrôlée et mal faite entrainant ainsi un épuisement des ressources et la quasi-disparition des cultures sauvages. Les exportations diminuèrent rapidement, amenant à un désintérêt de l’Europe pour les vertus de cette plante, alors non reconnues par les convictions très scientifiques de la médecine occidentale de l’époque. Cet intérêt réapparait néanmoins dans les années 1800. La composition chimique du ginseng, notamment la découverte des ginsénosides, n’a lieu qu’au milieu du XIXème siècle.

Le ginseng d’Asie se retrouve encore à l’état sauvage du Népal à la Corée, dans des forêts et des zones ombragées. Il pousse naturellement dans un climat tempéré, avec des températures allant jusqu’à 18°C et un taux d’ensoleillement d’environ 20%. Pour reproduire ces conditions naturelles, les cultures utilisent aujourd’hui des systèmes d’ombrage artificiel qui vont permettre de filtrer les rayons du soleil. Les conditions environnementales très exigeantes et la sensibilité des pieds à la pollution et aux maladies rendent la culture du ginseng très délicates.

Apparence GinsengL'apparence du ginseng 1,2,4  

Le ginseng est une plante vivace de 80 cm de haut, avec une partie aérienne composée d’une tige droite non ramifiée de 30 à 50 cm et pouvant atteindre 70 cm. Les feuilles, dentées et ovales, sont regroupées en rameaux larges de près de 50 cm. Les fleurs sont hermaphrodites, de couleur jaune et sans parfum. Les fruits quant à eux ressemblent à des petites baies rouges regroupées en boules au sommet de la tige ; ils contiennent deux graines. Les fleurs et les fruits ne sont produits qu’a partir de la 4ème année de culture. La racine du ginseng est la partie la plus importante : elle confère à la plante ses propriétés pharmacologiques, et concentre la majeure partie des ginsénosides. La racine principale peut être uniforme ou ramifiée et mesure jusqu’à 20cm avec un diamètre pouvant atteindre 3 cm. Elle est de couleur brun rouge (pour le ginseng rouge).

Généralement, la racine de Panax ginseng renferme des vitamines (groupe B, E, C), oligo-éléments, phytostérols, huiles essentielles (polyines), polysaccharides, glycopeptides ou peptidoglycanes et des saponosides. Les polysaccharides représentent environ 40% du poids total de la plante. Les saponosides présents sous forme de ginsénosides, confèrent à la racine de ginseng ses propriétés médicinales. Environ 300 ginsénosides ont été isolés et identifiés. Ceux du Panax ginseng sont contenus principalement dans la racine primaire et les racines secondaires.

Bienfaits du ginsengQuels sont les bienfaits du Ginseng rouge ?1,2,4–7 

Les ginsénosides semblent avoir une activité anti-allergique avec un effet anti-inflammatoire. Des études ont montré une action sur les globules blancs et une régulation des réponses inflammatoires en général. Les ginsénosides permettraient également de moduler le système immunitaire en diminuant le risque de contracter des infections, via leur action sur la production de cellules immunitaires (principalement les lymphocytes). Plusieurs études ont été réalisées chez l’homme montrant l’intérêt des ginsénosides dans la prévention des maladies hivernales.

Historiquement, le ginseng était utilisé massivement pour lutter contre les dysfonctions sexuelles. Plusieurs essais cliniques attestent d’une utilité du ginseng rouge dans la dysfonction érectile, ou dans l’amélioration de la libido chez la femme ménopausée.

La commission européenne et l’OMS reconnaissent l'usage du ginseng pour maintenir des performances cognitives normales, permettre une réactivité plus importante lors d’exercices intellectuels intenses et améliorer la mémoire. Ce serait un bon stimulant du système nerveux central, avec une action sur le métabolisme du GABA et le taux sanguin de catécholamines (augmentation de la concentration en dopamine).

Le ginseng possède également de fortes propriétés antioxydantes et permet de retrouver la forme et l’énergie. C’est un bon booster de vitalité, notamment grâce à sa teneur en vitamine C et en vitamine E.

Énerginat
Énerginat

Aide à diminuer fatigue et stress. Efficacité scientifiquement démontrée : 81% des utilisateurs satisfaits - 24.90€ -

L’extrait de ginseng permettrait d’inhiber la peroxydation des lipides, causées par les radicaux libres. De par sa concentration en ginsénosides, le ginseng est un allié intéressant pour prévenir les problématiques cardio métaboliques. Des études suggèrent un effet positif sur le cholestérol et le diabète.

Usuellement, la consommation de ginseng doit être limitée à 2 g par jour, pour qu'il soit à la fois efficace et inoffensif. La quantité à consommer variera ensuite en fonction de la situation et de l'état de santé du patient. Il peut se consommer sous forme de complément alimentaire, poudre, infusion, décoction ou macérat huileux.

Effets indésirables ginsengExiste-t-il des effets indésirables ?8,9

Le Panax ginseng est généralement bien toléré et ses effets indésirables sont mineurs et réversibles. Les effets indésirables associés sont généralement les suivants : nausées, diarrhée, euphorie, insomnie, maux de tête.

A hautes doses, le Panax ginseng peut interagir avec la caféine en augmentant son effet. Il peut également diminuer l'efficacité de la warfarine. L'utilisation concomitante de Panax ginseng et des IMAO (inhibiteur de la monoamine oxydase) peut entraîner des effets sur l’humeur et la concentration.

Les contre-indications à l'utilisation de Panax ginseng comprennent l'hypertension artérielle, l'asthme aigu, les infections aiguës et les saignements de nez ou les règles excessives. En revanche, ces effets semblent se produire principalement avec des doses élevées ou une utilisation prolongée (plus de trois mois sans interruption). Le ginseng peut également provoquer une hypoglycémie et il faut être prudent lors de l'utilisation des produits à base de ginseng chez les patients diabétiques en raison des interactions possibles avec les hypoglycémiants oraux et l'insuline. Chez les enfants et les femmes enceintes ou allaitantes, il est conseillé de demander l’avis d’un professionnel de santé avant toute consommation de ginseng.

RÉFÉRENCES

  1. Michenaud C. Contribution à l’étude de la connaissance d’une plante immunomodulatrice, le Panax ginseng, et les conseils adaptés à l’officine.
  2. Perrey F. Pharmacognosie du ginseng: etat des lieux. La notion d’adaptogene mise en question. Phytotherapie. 2004;2(4):106-112.
  3. Drouard A. Histoire du ginseng en Occident : introduction, représentations et usages *. Published online 2004.
  4. Goetz P, Delaporte D, Stoltz P. Le Ginseng. Springer Paris; 2009.
  5. Kiefer D, Pantuso T. Panax ginseng. Am Fam Physician. 2003;68(8):1539-1542.
  6. Barnes J, Anderson LA. Herbal medicines : Third edition. Pharm Press. Published online 2007:195-196. Accessed February 5, 2021.
  7. Pharmanager Innovation - Pharmanager Innovation. Accessed March 4, 2021.
  8. Kiefer DS, Pantuso T. Panax Ginseng - American Family Physician. Vol 68.; 2003. Accessed March 4, 2021.
  9. Couture E. Le Ginseng. Le Médecin du Québec. 2002;37(6). Accessed March 5, 2021.

 

 

 

Afficher en Grille Liste

3 compléments alimentaires

par page

Les produits qui contiennent cet actif