Les bienfaits du desmodium

Le desmodium, Desmodium adscendens est une plante grimpante herbacée originaire d’Afrique de l’Ouest et d’Amérique latine.

Naturellement riche en saponines, anthocyanes et flavonoïdes, ses propriétés ont été découvertes dans les années 1960 et il est aujourd’hui très largement utilisé, notamment pour le bon fonctionnement et la protection du foie.

Accédez directement aux différentes sections en cliquant ci-dessous.

Définition desmodiumDéfinition du desmodium

desmodiumLe Desmodium1 adscendens est une plante herbacée de la famille des légumineuses. Son nom vient du terme : « desmos : lien » et « adscendens : ascension ». En effet, à l’état sauvage il pousse et grimpe le long des troncs des palmiers à huile, des cacaoyers ou autres supports rigides. Cette plante est considérée comme envahissante. Elle peut être repérée par sa faculté à s’accrocher aux chaussures et au vêtements ainsi qu’aux poils des animaux afin d’assurer sa dispersion. Elle est d’ailleurs appelée parfois « tiques lotier » ou « trèfles tiques ».

Présent à l’état sauvage, ce sont les parties aériennes et notamment ses feuilles, qui sont récoltées manuellement au cours de la période de novembre et décembre pour être ensuite séchées et utilisées. Traditionnellement utilisé en phytothérapie en infusion, on le retrouve aujourd’hui également en solution buvable et en extrait concentré, dans des gélules par exemple pour optimiser son efficacité. Le Desmodium adscendens doit ses propriétés à sa richesse en flavonoïdes, alcaloïdes et en saponines, des composés biologiquement actifs.

Histoire desmodiumL'histoire du desmodium

Originaire2 des zones équatoriales d’Afrique et d’Amérique Latine, le desmodium adscendens est très répandu sur la côte ouest de l’Afrique. Aujourd’hui, on le retrouve également dans les pays à climats tropicaux humides. Il affectionne particulièrement les terrains cultivés.

Au Ghana, les médecins traditionnels utilisent le desmodium de manière ancestrale pour traiter les troubles hépatiques et pulmonaires (notamment pour l’asthme). En Amérique latine, les tribus de la forêt amazonienne l’utilisent pour calmer certains symptômes des troubles digestifs ainsi que la nervosité. Il est le plus souvent utilisé en infusion (ou décoction) ou en cataplasme (en application locale) en cas d’infection de la peau ou pour soulager des douleurs inflammatoires.

Dans les années 1960, le docteur Pierre Tubéry recueillit des informations de la part d’un praticien traditionnel local concernant son usage pour les affections hépatiques dont les hépatites virales. Convaincu de l’efficacité de cette espèce notamment du fait de son usage dans d’autres pays d’Afrique, les docteurs Pierre et Anne-Marie Tubéry ont ainsi entrepris des recherches approfondies durant quatre ans dans un dispensaire au Cameroun, afin de valider ses propriétés et de connaitre sa posologie optimale.

Suite à cette découverte, de nombreux essais cliniques en France, en Angleterre, au Canada et dans des pays d’Afrique équatoriale ont confirmé l’action du desmodium. Il est aujourd’hui très largement utilisé. En France, le desmodium est utilisé en cure en tant que complément alimentaire pour son effet hépatoprotecteur, c’est-à-dire pour sa capacité à augmenter la résistance et le fonctionnement des cellules du foie.

Desmodium
Desmodium

Plante reconnue pour aider à maintenir l’équilibre hépatique. Dosage optimal 600 mg par comprimé

En savoir plus

Apparence desmodiumApparence du desmodium

Le Desmodium adscendens1 est une plante vivace ou bisannuelle herbacée faisant partie de la famille des Fabacées (Légumineuses) et du grand groupe du genre Desmodium constitué d’environ 400 espèces. Cette plante peut être rampante en milieux humides ou le plus souvent grimpante sur la base des palmiers à huiles et des cacaoyers et peut atteindre jusqu’à 1 mètre de hauteur. Dans de nombreux pays à climat tropicaux, il pousse dans les forêts ouvertes, les pâturages, le long des routes ou encore dans les jardins potagers. Il est considéré comme une mauvaise herbe.

Ses caractères morphologiques sont très caractéristiques : il présente trois feuilles alternes, similaires à celles du trèfle, avec des poils clairsemés et de petites fleurs blanches ou violettes qui sont le plus souvent par deux.  Le fruit est une gousse poilue (surnommée « cousin ») qui lui permet de se fixer sur divers supports et d’assurer sa dispersion et son développement.

Les principaux principes actifs sont extraits des parties aériennes, les feuilles et tiges de la plante. L'analyse biochimique des principes actifs a révélé une concentration en saponosides (soyasaponines), anthocyanosides, flavonoïdes et acides gras. Le Desmodium adscendens est aussi riche en polyphénols, en tanins et en terpenoïdes. Ces constitutions chimiques varient selon les origines de la plante.

Bienfaits desmodiumQuels sont les bienfaits du desmodium ?

Les études pharmacologiques montrent un effet hépatoprotecteur (protecteur du foie) du Desmodium adscendens, en particulier par son action positive sur l’évolution du taux de transaminases (enzymes présentes dans les cellules qui sont le reflet de l’état du foie). C’est pourquoi, il est recommandé dans l’accompagnement de l’hépatite. Il pourrait également jouer un rôle important dans la limitation des effets toxiques de certains médicaments ou traitements sur l’organe du foie. Depuis 2016, certaines allégations de santé en attente d’évaluation par l’EFSA peuvent être utilisées pour les compléments alimentaires à base de desmodium et notamment les suivantes : par l’Autorité Européenne des Aliments (EFSA) : « le Desmodium adscendens favorise le fonctionnement hépatique et le drainage hépatique ». [3, 4]

D’après certaines études, du fait de sa richesse en polyphénols, les feuilles de desmodium pourraient jouer un rôle en tant qu’antioxydant et limiterait les radicaux libres responsable du stress oxydatif et ainsi aurait une activité protectrice envers les cellules de l’organisme, et plus particulièrement, envers les cellules du rein. [5]

Plusieurs chercheurs ont aussi montré que le Desmodium adscendens interviendrait dans les réactions allergiques, dans l’asthme bronchique et dans la modulation de l’immunité. En effet, il pourrait interférer avec la production de nombreuses substances, dites spasmogènes (provoquant des contractions au niveau des poumons), normalement libérées au cours de ces manifestions. Ce sont l'histamine, qui déclenche la réponse allergique, et les leucotriènes, connus pour stimuler la constriction des bronches. Le Desmodium adscendens n’agirait pas, à ce moment-là, comme un antihistaminique (généralement utilisé pour traiter les allergies) mais comme un inhibiteur de l'action de l'histamine sur les muscles, diminuant ainsi la constriction des voies aériennes et des poumons et induirait un effet relaxant sur les tissus pulmonaires. [1, 6, 7]

Effets indésirables desmodiumExiste-t-il des effets indésirables ?

Plusieurs études ont été réalisées sur l’utilisation du Desmodium adscendens. A ce jour, aucune toxicité ni effets secondaires1 n’ont été montrés. Seuls des troubles digestifs légers (nausées, diarrhées) ont très occasionnellement été répertoriés. De ce fait, il apparaît comme une plante d’usage sûr et non toxique aux doses habituelles consommées et ne présente pas de contre-indications ou d’interactions médicamenteuses connues. Il convient néanmoins de respecter les doses journalières recommandées.

Toutefois, par mesure de précaution et en raison d’un manque de données, la prise de Desmodium adscendens est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes et chez l’enfant de moins de 12 ans sans avis médical préalable.

RÉFÉRENCES

  1. Rastogi, S., M.M. Pandey, and A.K. Rawat, An ethnomedicinal, phytochemical and pharmacological profile of Desmodium gangeticum (L.) DC. and Desmodium adscendens (Sw.) DC. J Ethnopharmacol, 2011. 136 (2): p. 283-96.
  2. P. Tubéry, J.R., P. Lagarde, D. Authier-Derivaux, M. Pidoux, C. Rasolohery, G. Bourdy, Desmodium adscendens. De l’usage traditionnel camerounais contre les hépatites à l’accompagnement des chimiothérapies. Hegel, 2015. Vol. 5 N°4.
  3. Miyao, H., et al., Kaikasaponin III and soyasaponin I, major triterpene saponins of Abrus cantoniensis, act on GOT and GPT: influence on transaminase elevation of rat liver cells concomitantly exposed to CCl4 for one hour. Planta Med, 1998. 64 (1): p. 5-7.
  4. Magielse, J., et al., Antihepatotoxic activity of a quantified Desmodium adscendens decoction and D-pinitol against chemically-induced liver damage in rats. J Ethnopharmacol, 2013. 146 (1): p. 250-6.
  5. François, C., et al., Safety of Desmodium adscendens extract on hepatocytes and renal cells. Protective effect against oxidative stress. J Intercult Ethnopharmacol, 2015. 4 (1): p. 1-5.
  6. Addy, M.E. and W.K. Dzandu, Dose-response effects of Desmodium adscendens aqueous extract on histamine response, content and anaphylactic reactions in the guinea pig. J Ethnopharmacol, 1986. 18 (1): p. 13-20.
  7. Addy, M.E., Several Chromatographically Distinct Fractions of Desmodium adscendens Inhibit Smooth Muscle Contractions. International Journal of Crude Drug Research, 1989. 27 (2): p. 81-91.
Afficher en Grille Liste

1 complément alimentaire

par page

Les produits qui contiennent cet actif