Menu

Votre panier est vide.

Il vous reste 50,00 € pour atteindre les 50,00 € d'achat et bénéficier des frais de port gratuits !*

La fragilité des personnes âgées : des actions préventives possibles

personnes agéesSi l’espérance de vie n’a cessé d’augmenter depuis plus d’un siècle, l’espérance de vie « en bonne santé » semble en revanche baisser progressivement. Face à la fragilité des personnes âgées, des actions préventives existent.

Au regard des projections démographiques réalisées, qui prévoient une augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes dans les décennies à venir, un véritable enjeu s’est imposé aux pouvoirs publics afin de déceler les premiers signes de fragilité chez les personnes âgées. L’objectif étant de mettre en place des actions de prévention permettant ainsi de maintenir en bonne santé, le plus longtemps possible les personnes âgées.

Qu’est-ce que la fragilité ?

La population âgée peut être répartie en 3 groupes distincts :

  • Les personnes âgées en bonne santé ou robuste : ces personnes peuvent présenter certaines perturbations métaboliques sans que cela affecte leurs fonctions physiques et leur qualité de vie.
  • Les personnes âgées fragiles : cette catégorie concerne 30% à 40% de la population âgée de 65 ans et plus. Ces personnes présentent des signes spécifiques (perte de poids involontaire, vitesse de marche ralentie, fonte musculaire…) ainsi qu’un risque élevé de perte d’autonomie.
  • Les personnes âgées dépendantes : confinées à leur domicile ou en maison médicalisée, ces personnes sont en incapacité d’effectuer les activités de base de la vie quotidienne. Cette catégorie représente 10% de la population âgée de 65 ans et plus.

Si les causes profondes et globales de la fragilité sont multifactorielles (génétique, mode de vie (sédentarité, tabagisme, malnutrition), contexte socio-économique, maladie…), son expression est multidimensionnelle. En effet, différentes approches médicales ont été mises en lumière ces dernières années, elles ont permis de mettre en évidence cinq critères permettant de repérer l’état de fragilité d’une personne âgée :

  • La mobilité : vitesse de marche lente, équilibre incertain
  • La dénutrition : perte de poids involontaire
  • La diminution de la force musculaire
  • La sensation d’épuisement
  • La fragilisation de la mémoire

La présence cumulée d’un ou deux des critères définit l’état pré-fragile, tandis que trois critères désignent un état de fragilité. En outre, l’environnement (vie sociale, entourage familial…) est un critère non négligeable qui peut accroître la fragilité des personnes âgées.

De ce fait, la fragilité est un état de vulnérabilité conduisant à une diminution progressive des réserves physiologiques. L’adaptation de la personne âgée aux différents événements stressants de la vie (psychologiques, accidentels ou maladies) étant plus difficile, il y a un risque significatif de perte d’autonomie. Pour autant, la fragilité est un état réversible, c’est notamment la raison pour laquelle les autorités publiques axent depuis quelques années leurs actions afin de repérer et de prendre en charge les personnes âgées fragiles.

Quelles sont les actions préventives ?

Des mesures simples permettent de rester en bonne santé et de conserver une autonomie :

  • La pratique d’une activité sportive
  • Une nutrition équilibrée adaptée (protéines, calcium…)
  • Le maintien d’une vie sociale afin d’éviter l’isolement
  • L’aménagement du logement afin de pouvoir effectuer tous les gestes du quotidien et ainsi conserver de l’autonomie
  • L’utilisation des corrections auditives et visuelles adaptées
  • La stimulation de la mémoire par des activités quotidiennes…