Menu

Votre panier est vide.

Il vous reste 50,00 € pour atteindre les 50,00 € d'achat et bénéficier des frais de port gratuits !*

Quel accompagnement micronutritionnel adopter pendant la grossesse ?

Le corps de la future maman vit une véritable métamorphose pendant 9 mois. Les changements physiques et physiologiques sont considérables et nécessitent également un apport approprié et équilibré en nutriments ainsi qu’en énergie. Par conséquent, un accompagnement micronutritionnel est conseillé́ aux femmes enceintes afin de contribuer à leur santé et celle de leur bébé.

Les minéraux

ventre femme enceinte

Le magnésium

Même si les besoins n’augmentent que de 10% pendant la grossesse, le magnésium est important pour le bébé et la maman. L’organisme ne produit pas de magnésium, c’est donc grâce à l’alimentation et/ou une complémentation que le corps constitue ses réserves. Il aide notamment à la fixation du calcium sur les os. 

Le fer, pour une bonne oxygénation des tissus

Les besoins en fer sont accrus en raison de l’augmentation du volume globulaire total, des besoins du placenta et du fœtus (principalement pour le développement de son cerveau) et de la perte de sang au moment de l’accouchement. Un manque de fer peut provoquer chez la maman une sensation de fatigue et d’épuisement.

Malgré une alimentation riche en fer, les besoins sont tellement importants que le stock s’épuise rapidement, notamment durant les 2 derniers trimestres. L’organisme étant incapable de synthétiser le fer, il peut donc être intéressant d’avoir recours à une complémentation.

L’iode, à ne pas oublier !

La grossesse est une grande consommatrice d’iode. En effet, un déficit peut engendrer des conséquences sur le développement du cerveau du futur bébé.

Les vitamines

La vitamine D, pour des os solides

Les besoins en vitamine D sont doublés au cours de la grossesse. Permettant d’optimiser l’absorption du calcium, la vitamine D participe à une meilleure minéralisation du squelette du fœtus et donc à la solidité des os.

La vitamine C, pour limiter la fatigue

La vitamine C permet de limiter la fatigue, participe au bon fonctionnement du système immunitaire. La vitamine C intervient également dans la formation des tissus nerveux et favorise l’absorption du fer. L’organisme ne peut pas stocker de grandes quantités de vitamine C, seul un apport quotidien permet d’avoir l’effet escompté.

Ces vitamines sont particulièrement importantes mais pour autant, n’oubliez pas les autres vitamines (A sous forme de bétacarotène, B1, B5, B6 etc.). Prendre un complément multivitaminique de qualité peut vous aider à avoir le bon équilibre en vitamines tout au long de votre grossesse.

Les oméga 3

Les oméga 3 sont des acides gras polyinsaturés dont les plus importants sont le DHA1 et l’EPA2. Ces "bonnes graisses" contribuent à la fois à la santé de la femme enceinte et à celle du fœtus. Le DHA, par exemple, exerce un effet favorable sur le cerveau du bébé3 mais également sur le développement de son acuité visuelle4.

Une complémentation en oméga 3 peut être alors intéressante au cours de la grossesse, en veillant à arrêter au dernier trimestre !

Les antioxydants !

Tout au long de la grossesse, il est conseillé aux futures mamans de privilégier les antioxydants, pour elle mais également pour leur bébé (les vitamines E, C, A sous forme de bétacarotène, les caroténoïdes ou encore certains polyphénols).

Les ferments lactiques, de bonnes bactéries

L’intestin du fœtus dans l’utérus est stérile. Dans les heures suivant sa naissance, son intestin est colonisé par des bactéries. En effet, lors de l’accouchement par voie basse la mère transmet sa flore à son nourrisson. Par ailleurs, cette flore dépend de l’alimentation du bébé, mais aussi de la flore de la mère.

C’est pourquoi il est important que la mère possède une flore intestinale saine et équilibrée. La prise de ferments lactiques durant la grossesse, et plus spécialement avant l’accouchement, peut avoir une incidence bénéfique sur la flore intestinale de la mère ainsi que sur le développement de la flore intestinale de l’enfant.

 

1Acide docosahexaénoïque
2Acide eicosapentaénoïque.
3L’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 200 mg de DHA, en plus de la consommation.
4L’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 250 mg de DHA.